De petits gestes

Publié par Pierre-Antoine Legrand le

Un bon plat de crevettes juste saisies, avec un peu d’ail et des herbes fraîches, j’en rêve toute l’année! C’est donc avec beaucoup d’entrain que je me dirige vers le rayon fruits de mer de ce grand supermarché dont je tairai le nom.
Je suis toujours impressionnée par la quantité, l’abondance des produits proposés à la vente, quand de nombreuses familles n’ont pas grand-chose à se mettre sous la dent pour le dîner.

Allez ! Je me lance à la recherche du bon produit, de la bonne étiquette.
Les étiquettes, parlons-en tiens! Pas si simple de les décortiquer, entre les mots compliqués et ces codes à deux ou trois chiffres qui commencent par un E. Pour ma part, je me suis inventée une grille de lecture assez simple, qui dit EXXX dit produit pas vraiment bon à consommer. C’est un peu léger mais j’assume.

Il existe d’ailleurs de nombreuses applications disponibles dans le but de nous aider à y voir plus clair. Aliments transformés, produits cosmétiques, elles décryptent pour nous les substances chimiques présentes dans nos produits de consommation courante. Facile d’utilisation, elles sont un réel support dans notre défi quotidien pour mieux consommer.

Je dois reconnaitre que je ne suis pas très optimiste quant au devenir de notre planète. Le sujet occupe une place grandissante dans l’espace public, cependant je doute que les terriens aient réellement pris conscience de l’enjeu. Il paraît que ce sont les petits gestes du quotidien qui peuvent faire la différence.

Et bien figurez vous que dans ma quête de la crevette parfaite, je suis tombée sur une maman et son fils d’environ douze, treize ans particulièrement concentrés face à cet étal. Ils prenaient le temps de lire très attentivement l’étiquette de chaque produit qu’ils sélectionnaient pour leur aspect visuel.

– Non pas celle-ci mon chéri, il y a beaucoup trop d’additifs
– Et cette marque maman?
– Ah oui, c’est un peu mieux mais allons voir si on ne trouve pas un produit qui a parcourus moins de kilomètres

Je me suis bêtement arrêtée tout près d’eux pour les observer, les écouter.
J’étais absorbée par cette scène si banale qui se déroulait sous mes yeux.
Je dois vous avouer que cette mère et son fils ont réchauffé mon cœur, ils ont réussi à changer mon humer, car non, les courses ne sont pas une partie de plaisir.

Adopter une attitude responsable, faire de son mieux pour changer ses habitudes de consommation. A l’image de cette famille, je souhaite que ce message trouve un écho auprès du plus grand nombre. J’ai finalement renoncé à acheter ces crevettes qui me faisaient tant envie. Je quitte ce lieu étourdissant avec un peu d’espoir.

Et si décrypter les étiquettes sauvait la planète ?

Melvine Gangath

Catégories : Opinion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *